Une nouvelle explication de la non-reproductibilité des résultats

de | 2013-11-14

La reproductibilité, notion chère à la science, n’est pas toujours réelle.

Il y a les causes évidentes d’erreurs et de manipulations des données, mais une des explication de cette non-reproductibilité pourrait être la valeur de 0.05 du fameux seuil de p-value, validant la significativité d’un résultat, qui au final n’est peut être pas si significatif que ça…

D’après Valen E. Johnson, entre 17 et 25 % des résultats des articles scientifiques pourraient être faussés, ce qui est cohérent avec son estimation du taux de non-reproductibilité.
La solution serait de réduire ce seuil (passer à 0.005 voire carrément 0.001), et il serait alors nécessaire d’augmenter la taille des échantillons, ce qui ferait un sacré surcoût pour la recherche (et pour la taille des données produites, et plein d’études à refaire pour les revalider/vérifier) …

Effet d’annonce ou réel problème ?

Pour en savoir plus, voici l’article [en anglais].

Source : Passeur de Science

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.